AccueilBusiness & Marketing

Bien débuter quand on se lance à son compte

Bien débuter quand on se lance à son compte

Vous venez de démissionner. Vous avez été licencié suite à la situation de crise sanitaire qui touche le monde entier. Bref, vous n’avez plus d’emploi, et vous décidez de vous mettre à votre compte, parce qu’après tout, vous avez cumulé un peu de chômage. De plus aujourd’hui le statut d’auto-entrepreneur facilite grandement les démarches administratives et comptables. Donc, c’est le moment ou jamais. Mais attention. La situation exige quand même de prendre du recul et surtout de réfléchir à une stratégie. On ne se lance pas à l’aveuglette dans ce genre d’aventure sans établir un plan.

Comment procéder ?

 

On part du principe que tout votre administratif est fait. Que vous avez choisi votre statut.  Et que vous êtes enfin prêt à démarrer votre business. Votre étude du marché est faite. Vous connaissez vos concurrents, vous les avez analysés. Vous connaissez leurs faiblesses et leurs forces. Et vous avez déjà une idée de comment vous démarquer. Il n’est pas utile de parler de ces détails dans cet article, car ils peuvent varier pour chacun d’entre vous. Ce qui nous intéresse, c’est plutôt ce qui vient après. Mais si ce n’est pas encore fait… la première chose à faire c’est commencer par étudier votre environnement et vos concurrents. Sinon vous prenez le risque de vous lancer dans un secteur bouché, ou pas assez intéressant en nombre de prospects.

Première étape : le plan d’action

Avant de partir dans tous les sens, prenez une feuille et écrivez les étapes que vous souhaitez franchir pour en arriver à votre but : Développer votre business, et donc fatalement gagner de l’argent. Et pour cela, il faut absolument être organisé. Et l’idée, c’est de fixer une série de petits objectifs réalisables, qui vont mener vers un objectif principal plus important.

Nous vous conseillons de répartir des petits objectifs sur ces grandes lignes

  • Choix de votre politique commerciale : Garanties, engagement auprès de vos prospects, quels produits ou services vous vendez, moyens de vente (boutique, internet etc…)
  • Choix de votre logistique : Votre organisation pour répondre aux demandes de vos prospects, outils ou machines nécessaires à votre activité
  • Choix de votre politique de communication : Site internet, publicité papier, réseaux sociaux

 

Seconde étape : choisir vos priorités en fonction de votre budget

Faire une liste, c’est fait. C’est bien. Mais maintenant, il vous faudra probablement faire des choix. La logique vous aidera à définir ce qui doit être fait en priorité. Mais vous serez parfois bridé par les moyens financiers à votre disposition. Donc il ne faudra pas se tromper et ce dès le départ. Les priorités sont différentes en fonction de chacun. Donc nous ne pouvons vous aider dans vos choix. Mais notre conseil est d’investir petit à petit un peu de votre temps et de votre argent dans chacun des objectifs que vous vous êtes fixés. Le tout en privilégiant toujours au moins un pôle :

Exemple :
Politique de communication : Vous choisissez de donner la priorité à votre site Internet. Mais vous continuez tout de même d’investir dans un petit budget pour la presse locale.
Politique de logistique : Vous choisissez d’acheter un PC très puissant. Mais vous continuez tout de même de vous procurer du petit matériel pour votre confort de travail

Bref… ne dépensez pas tous vos sous sur le même objectif. Répartissez vos œufs dans plusieurs paniers en fonction de votre activité en gardant à l’esprit qu’attirer des clients c’est bien. Mais si vous ne pouvez pas répondre à leurs attentes comme il se doit, non seulement vous passerez pour quelqu’un qui n’est pas professionnel (commençant ainsi avec une réputation discutable) mais en plus vous allez vous créer des difficultés et complications diverses qui vous empêcheront de vous développer sereinement.

Les erreurs à ne pas faire

 

Au début on est tout feu tout flamme. On veut tout faire. On se sent pousser des ailes et on se voit déjà PDG d’un gros groupe. Ce serait bien si c’était le cas, mais ça ne fonctionne pas comme cela.

Aller trop vite : Contrairement à ce que vous pourriez penser cela ne vous fera pas gagner du temps de brûler certaines étapes. Vous allez vous précipiter, et faire des erreurs aussi bien tactiques que logistiques. Chaque décision doit être mûrement réfléchie, et mise en place pas à pas.

Proposer trop de services : Il est préférable de faire peu de choses mais de le faire bien. Il vaut mieux vous concentrer sur moins de services et devenir le leader du secteur, que faire de l’à-peu-près sur tout. Quand vous en aurez les moyens vous pourrez embaucher du personnel et élargir votre catalogue.

Ne pas savoir déléguer : Un chef d’entreprise doit être multi casquettes. C’est vrai. Mais on ne peut pas être expert en tout. Il faut survoler et s’intéresser à tous les sujets ou presque. Mais ça ne veut pas dire que vous devez être compétent sur tous les domaines. Déjà c’est impossible. Mais aussi, chacun sa spécialité. Par exemple, faire un site Internet n’est pas donné à tout le monde. Ainsi il est préférable de confier cette tâche à un professionnel de l’informatique, comme cette entreprise toulousaine. Le temps c’est de l’argent. Certes on vous disait de ne pas aller trop vite. Mais parfois il est préférable de payer quelqu’un 50€ pour un service effectué en deux heures, et consacrer ce temps à votre clientèle si vous gagnez 100€ en deux heures. Sans compter que ce qu’un expert fait en 2 heures, vous le ferez peut-être en 4 heures.

 

 

Commentaires : (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *