AccueilImmobilier

Comment calculer sa capacité d’emprunt et bénéficier d’un credit immobilier ?

Comment calculer sa capacité d’emprunt et bénéficier d’un credit immobilier ?

Investir dans l’immobilier est de nos jours et depuis plusieurs décennies, l’une des activités (Business) les plus rentables, ayant rendu millionnaires de nombreuses personnes. Elle consiste juste à disposer des propriétés immobilières (terrains, logements), pour ensuite les échanger ou les louer à une valeur plus haute. Si cette activité vous intéresse et que vous prévoyez faire crédits au près d’une agence financière pour la réaliser, il vous faudra un minimum de connaissances préalable avant d’y souscrire. Vous devriez par exemple, au préalable calculer votre capacité d’emprunt, si vous vouliez que votre projet immobilier soit validé par les banques.
Dans cet article, découvrez les éléments indispensables, à savoir, ce qu’est réellement un emprunt immobilier, et ce qu’on entend par capacité d’emprunt et comment calculer sa capacité d’emprunt.

Qu’est-ce qu’un emprunt immobilier ?

Un emprunt immobilier est un procédé par lequel, un préteur, généralement une banque ou une institution financière, met à la disposition d’un ou plusieurs emprunteurs de biens financiers, moyennant des intérêts, dans le but de les aider à effectuer des opérations immobilières, à savoir : payer des terrains, des logements, à usage d’habitation ou d’habitation et professionnel (mixte). L’emprunt immobilier n’est généralement pas variable en fonction des banques. Pour obtenir un prêt immobilier plusieurs conditions doivent être réunies. Au nombre de ceux-ci, il y a ;
• Le profil de l’emprunteur ;
• La durée du prêt ;
• Les antécédants de santé ;
• La capacité d’emprunt ;
• La stabilité professionnelle et financière du foyer.
La seule différence entre les banques concernant l’emprunt immobilier est l’ensemble des taux. Ces taux peuvent être relatifs à l’endettement, aux garanties, ou à l’assurance.

C’est quoi une capacité d’emprunt et comment le calculer?

Emprunter de l’argent est une opération bien réglementée, qui ne se base pas sur une simple estimation du capital voulu, pour investir dans un projet. Mais, en réalité sur la capacité de remboursement, c’est-à-dire, l’altitude de l’emprunteur à payer mensuellement, quoi qu’il en coûte, la somme dû, ainsi que les intérêts s’ajoutant au montant de son prêt, définissant parfaitement : la capacité d’emprunt.

Qu’est-ce qu’une capacité d’emprunt ?

La capacité d’emprunt désigne le montant maximum qu’un individu peut emprunter sur une période donnée. Celle-ci varie en fonction des revenus financiers et des charges. Elle s’appuie notamment sur deux variables. Le taux d’endettement, et le reste à vivre de l’individu ou du foyer désirant emprunter.

Comment calculer sa capacité d’emprunt ?

Pour calculer sa capacité d’emprunt, il faudrait passer par plusieurs étapes.
• Première étape : le taux d’endettement
La capacité d’endettement ou taux d’endettement est définie par la différence entre les revenus mensuels et les charges financières, en gros sur les bénéfices nets. Cela permet donc de voir, en fonction de la somme propre à l’individu, les devis de prêts financiers que celui-ci peut s’octroyer. Elle est estimée généralement à 33% des revenus réglementaires. Ce qui lui permet d’assurer un reste à vivre (montant restant après soustraction de toutes les charges et capacité d’endettement) de 67% sur ses bénéfices nets, et d’influer en partie sur sa capacité d’emprunt
Pour calculer le taux d’endettement, il est pris en compte dans n premier temps, les salaires et traitements de l’individu. Ensuite, vient les pensions et les retraites sans oublier les bénéfices industriels. Pour finir, il est pris en compte les revenus de l’individu (fonciers, de placements financiers.
• Deuxième étape : l’apport personnel
L’apport personnel est en effet, la somme que l’individu doit apporter pour bénéficier de son crédit. Elle vaut 10% du montant total de son prêt et permet d’ores et déjà d’envisager à valeur près, sa capacité d’emprunt. Donc s’il possède une somme de 80.000 euros comme apport personnel, il peut en quelque sorte espérer une somme avoisinant les 800.000 euros de la part de ses prêteurs.
• Troisième étape : Les frais annexes du crédit
Les frais annexes désignent les dépenses connexes liées à la demande de prêt. En effet, celles-ci englobent d’abord les frais de dossiers de la banque, les frais de garantie (hypothèque, Inscription en Privilège de Prêteurs Deniers, caution…), et les frais notaires. Elles sont également constituées des éventuels frais d’installation (déménagement, ameublement…), du coût de l’assurance prêt immobilier et du montant éventuel des Travaux de rénovation.
• Quatrième étape : Les aides aux crédits
Il s’agit ici, des coups de pouces obtenu de la part des collectivités, des institutions, des ONG, dans tous les cas, d’une aide quelconque, qui doit être mentionner dans l’évaluation de la capacité d’emprunt. En somme, pour un bon projet d’investissement, il est indéniable de calculer sa capacité d’emprunt aux risques de se faire rejeter par les banques ou institutions de financières. Ainsi, quatre paramètres doivent être pris en compte : la capacité d’endettement (33% de vos revenus réglementaire, toute charge soustraites), l’apport personnel (10℅ du montant total de votre prêt), les frais annexes (lié

Commentaires : (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *